Forum d'une communauté loufoque.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Crusader Kings

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grozna
Administration


Nombre de messages : 4522
Age : 27
Localisation : A ma droite.

MessageSujet: Crusader Kings   Mar 29 Sep - 18:43

1066 après Jésus Christ, royaume de France.

Le roi Philippe règne depuis six ans, alors qu'il n'a encore que quatorze ans.
Bientôt sonnera l'heure ou, majeur, il gouvernera vraiment.

Le royaume de France est en paix, fort heureusement, mais l'heure des troubles est proche : alors que le roi ne possède que Paris et Orléans comme domaines, ses vassaux sont bien plus puissants que lui. Le duc de Poitou et de Bordeau, par ses domaines et vassaux, possède à lui seul le tiers du royaume : l'Europe toute entière a les yeux rivés sur sa fille unique, encore mineure, mais dont l'âge du mariage approche dangereusement. Tandis que le duc de Champagne encercle la capitale par ses vastes terres, les ducs de Toulouse et de Flandres sont loins et les contacts avec les royaumes voisins sont plus fréquents qu'avec la couronne de France. Quant au duc de Bourgogne, oncle du roi enfant, lui et sa nombreuse progéniture consolident leurs domaines bourguignons en attendant de monter sur le trône de leur jeune parent.

Le duché de Normandie, autrefois donné à Rollon par les descendants de Charlemagne, est aujourd'hui propriété d'un bâtard de la dynastie de Normandie devenu par conquête roi d'Angleterre, et qui l'a lui-même donné à son propre fils et héritier. La Bretagne est indépendante et reste éloignée des affaires du monde. Provence, Lorraine, Savoie,... sont autant de fiefs dépendant du roi de Germanie.

L'Italie est morcelée entre les états indépendants, appartenant au nord au roi de Germanie qui a ceint la couronne en fer des rois d'Italie, tandis qu'avec la bénédiction du souverain pontife les Hauteville ont conquis le sud de la péninsule. Gênes, Pise, Venise,... sont autant de petites républiques électives appelées à se faire concurrence dans l'avenir. Les Espagnes sont morcelés par les héritages successifs au sein d'une seule et même famille royale ; les couronnes y tombent en quenouille et ne sauront pas, le moment venu, prendre les armes contre les peuples arabes qui se sont bien implantés et sont plus forts que jamais. Loin, à l'est, l'empereur de Byzance est plus fort que jamais, l'empire byzantin ayant enfin troublé une stabilité guerrière propre à défendre les intérêts de l'empire sur le front oriental.

Jérusalem est aux mains des infidèles, gardée par cent mille hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grozna
Administration


Nombre de messages : 4522
Age : 27
Localisation : A ma droite.

MessageSujet: Re: Crusader Kings   Mar 29 Sep - 20:34

Le 25 février 1068, le roi Philippe Ier de France se marie avec Agnès d'Aquitaine, fille unique du duc de Poitiers. Comme depuis le début du règne, tout semble présager un grand règne et, peut-être même, la renaissance de l'empire défunt de Charlemagne ? Pendant plusieurs années, le roi se consacre à ses domaines, son royaume et son épouse, certain de parvenir à engrosser les trois.

Le 3 septembre 1071, il déclare la guerre à la Bretagne, certain des droits de la couronne de France sur ce duché rebelle. Il prend rapidement Nantes, puis Vannes, lorsqu'il apprend la mort de son beau-père, Guillaume d'Aquitaine. Sa fille Agnès - la reine ! - n'ayant toujours pas eu d'enfant mâle, c'est un neveu du défunt, Guillaume d'Angoulême, qui devient duc de Poitou et de Bordeaux. Le roi ne peut que s'incliner devant la loi de primogéniture semi-malique qui gère la succession de ce vaste royaume au sein du royaume, et c'est la rage au cœur qu'il conquiert la Cornouaille. Hoël de Bretagne abdique le 7 juin 1072 : la Bretagne intègre le royaume de France et c'est Brient, comte de Penthièvre, que le roi élève à la Pairie de France comme nouveau duc de Bretagne.

En 1075, le roi lève l'armée à nouveau et déclare la guerre à l'émirat de Saragosse pour venir au secours du duché de Catalogne menacé par les maures. Ignorant totalement les finesses et hiérarchies du monde Musulman, il aurait pu savoir, s'il s'était renseigné, que c'était l'émirat de Valence qui menaçait la Catalogne : il rentre en Saragosse avec 10 000 hommes et conquiert quelques citadelles avant d'être battu et écrasé en Catalayud. Il rentre précipitamment en France pour reprendre Orléans, seconde cité du domaine royal, tombé aux mains du cheik Yusuf, guerrier de Saragosse, puis repart en Espagne avec 10 000 autres hommes. En Saragosse, le cheik Yusuk reconquiert les citadelles franques les unes après les autres, et mène une résistance acharnée : l'émir de Saragosse, lui, est enfermée en Albaracin que le roi Philippe conquiert finalement. L'émir abdique, la paix est proclamée.

Le roi Philippe n'a gagné que la citadelle d'Albaracin et perdu 18 000 hommes. Yusuf possède tout le reste de l'ancien émirat de Saragosse. Le duché de Catalogne n'existe plus, entièrement conquis par l'émirat de Valence, à l'exception du comté de Lleida.

Nous sommes en 1079. Le royaume est exsangue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grozna
Administration


Nombre de messages : 4522
Age : 27
Localisation : A ma droite.

MessageSujet: Re: Crusader Kings   Mer 30 Sep - 17:35

Après être allé jusqu'en 1115, en passant par des moments d'horreurs d'atrocités ou le royaume de France n'était plus qu'un fantasme dans les délires d'un souverain nullissime (toujours Philippe Ier), il était redevenu une grande et puissante force de ce siècle avec le fils de ce dernier, Guy. Malheureusement, y'a un bug, et ça a supprimé la sauvegarde :|

Donc bah heu...

On prend les mêmes et on recommence !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grozna
Administration


Nombre de messages : 4522
Age : 27
Localisation : A ma droite.

MessageSujet: Re: Crusader Kings   Mer 30 Sep - 21:10



Le règne commence sous la régence d'Anna Rurikovitch, mère du roi mineur. Cette dernière se base sur d'anciens textes des seigneuries et fiefs de France pour relever d'anciens titres ducaux tombés en déshérence, au profit du roi qui peut désormais les distribuer à sa guise. Elle signe le traité d'alliance inconditionnelle avec le royaume de Germanie et revendique du roi d'Angleterre qu'il vienne prêter hommage au roi pour le duché de Normandie, ce qu'il ne fait pas.

Baudouin, duc de Flandres, conteste la légitimité du roi mineur et de son frère cadet, Hugues. Il demande à ce que la couronne de France échoit à Robert, duc de Bourgogne, oncle et plus proche parent de la famille royale. Robert ne réagit pas, n'osant pas contester l'autorité de son neveu. Le roi Philippe est proclamé majeur en février 1068, et épouse quelques mois après Agnès, fille du duc d'Aquitaine.

En septembre 1069, la Germanie et la France déclarent la guerre à l'Angleterre : le duc Baudouin des Flandres, empêtré dans ses revendications et ses relations commerciales avec l'Angleterre, est le seul noble de France à refuser de participer à l'ost du roi. Les Anglais sont rapidement battus à plusieurs reprises, et la paix du 18 octobre 1070 fait revenir le duché de Normandie dans le giron du royaume de France. Philippe le confie à Guillaume de Vassy, comte d'Évreux et descendant direct par primogéniture mâle de Rollon le Viking.

Le roi déclare ensuite la guerre au duc des Flandres Baudouin, désireux de lui faire payer les affronts et insultes : les Flandres sont rapidement conquises dans leur intégralité. Le 15 décembre 1071, Philippe Ier ordonne leur morcèlement : la cité de Bruges devient une ville royale, tandis que l'ancien évêché d'Artois est érigé en archevêché et que le comte de Guines récupère d'immenses domaines érigés en duché de Picardie.

Trois ans plus tard naît le premier des fils du roi, prénommé... Guy !

En 1078, le roi Philippe rompt l'alliance avec le roi de Germanie, par souci de préserver l'indépendance du royaume de France vis-à-vis des héritiers Germains du titre impérial de Charlemagne. Il leur déclare la guerre, suivi par toute la noblesse du royaume, et marche triomphalement jusqu'à Mainz, aux bords du Rhin. La paix est signée le 14 décembre 1078 : la Germanie abandonne le Luxembourg que Philippe érige en duché et donne à son frère cadet, Hugues. Il proclame le même jour la loi dite "Des apanages de la Couronne de France" : les titres ducaux des membres de la famille royale seront gérées par la loi de primogéniture mâle par les mâles lors des successions, afin de préserver l'unité des domaines relevant de la dynastie de France. Le duc Hugues y consent aussitôt, mais Robert, duc de Bourgogne, renâcle un peu avant de proclamer la loi dans ses états, tout en sachant que cette loi et sa nombreuse progéniture assure la longévité de sa descendance en Bourgogne.

Septembre 1078 : le roi fait savoir au duc de Bretagne qu'il en attend l'hommage et l'allégeance pour ses états. S'ensuivent de longues négociations qui se succèdent et échouent : le roi déclare la guerre en juin 1082. Nantes puis Vannes sont conquises rapidement, le duc Hoël n'ayant qu'une faible armée à opposer à l'ost de France : lorsque le comte de Cornouailles, fils du duc, perd à son tour ses châteaux, la noblesse de Bretagne se soumet et reconnaît la suzeraineté et souveraineté du royaume de France.

Le 24 décembre 1084, le roi Philippe Ier réunit les Pairs de France pour la première fois, afin de trancher les rares litiges frontaliers et les problèmes coutumiers, de proclamer la souveraineté en terme de hiérarchie religieuse (idée en vogue depuis l'apparition de la notion de droit divin à Paris une décennie plus tôt) et de faire un point sur l'état général du royaume.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grozna
Administration


Nombre de messages : 4522
Age : 27
Localisation : A ma droite.

MessageSujet: Re: Crusader Kings   Jeu 1 Oct - 22:00

En juin 1084, deux personnes très importantes dans l'histoire du royaume meurent. La mère du roi et ancienne régente, Anna Rurikovitch, quitte ce monde, suivi de peu de Thibaut de Blois, duc de Champagne et duc des Francs. Le fils de ce dernier, Étienne-Henri, se fait sacrer duc des francs (dux francorum) dans la cathédrale de Reims. Le roi Philippe y voit clairement une atteinte au pouvoir royal et lui ordonne de renoncer à cet ancien titre, qui n'a plus lieu d'être : Étienne-Henri refuse. La tension entre les deux dynasties franques s'apaisent provisoirement par le mariage d'Antoinette, fille aînée de la couronne, avec Mathieu de Blois, fils aîné du duc.

Quatre ans plus tard, néanmoins, Étienne-Henri chasse l'évêque de Reims de la cité pour y placer son propre frère Eudes comme comte local : après quelques mois d'âpres négociations, Philippe déclare la guerre en janvier 89. En mars, Hubert, comte de Vermandois, se rallie à Philippe lors de la bataille de Paris, que Philippe remporte, ouvrant la porte de la Champagne. Eudes est chassé de Reims en mars, et Philippe y nomme Albrecht von Nordgau comme nouvel évêque. Troyes est conquise en novembre : Étienne-Henri s'enfuit (il deviendra plus tard sénéchal du Maine).

Le duché de Champagne est morcelé, tandis que le fils du duc déchu, Mathieu, se voit érigé en duc d'Orléans. Troyes, à l'image de Bruges, devient "Cité royale". Les anciens vassaux du duc se voient confirmés dans leurs terres et titres, même ceux de la famille de Blois, qui reste puissante : ainsi, en 1091, le fils aîné du roi, Guy, épouse Antoinette de Blois, sœur du nouveau duc d'Orléans.

En 1092, Philippe fait du duché de Bretagne un apanage de la couronne, qu'il confie à son second fils, Renaud, nouveau duc de Bretagne. Quelques jours plus tard, une nouvelle parvient de Rome : le roi Philippe est désormais le Conseiller Pontifical.

La comtesse de Saintonge, sœur du duc Guillaume d'Aquitaine, meurt la même année. Avant sa mort, elle avait émis le vœu que son plus proche descendant, Heinrich, l'empereur germanique, hérite de ses terres, testament que Guillaume d'Aquitaine réfute et récuse, considérant la Saintonge comme un apanage de son duché de Poitiers. La question de l'héritage de Guillaume d'Aquitaine se pose à nouveau : Heinrich, neveu du duc, considère être plus légitime que Guy, fils du roi et petit-fils du duc vieillissant. Le pape excommunie le légat de l'empereur en Saintonge (Amadeus, troisième fils d'Heinrich), puis la guerre éclate, la France soutenant le bon droit de Guillaume d'Aquitaine et Guy de France contre l'empire. Guillaume chasse lui-même de Saintonge le légat de l'empereur, tandis que Philippe marche sur la Lorraine et remporte plusieurs victoires contre les armées impériales.

Une trêve est signé en octobre 1093 : l'empereur abandonne ses prétentions sur la Saintonge et accorde au roi Philippe le comté de Hainaut jusqu'ici sous influence impériale. Guillaume fait de Guy le nouveau comte de Saintonge et lui cède la suzeraineté du comté, tandis que Philippe fait de Hubert, comte de Vermandois, le premier duc de Hainaut.

Édouard, troisième fils du roi, rentre dans les ordres et obtient du pape un évêché en Irlande.

Deux ans plus tard, en juillet 1095, le duc de Haute-Lorraine conteste à son tour un héritage dépendant du duc Guillaume d'Aquitaine (le comté de Labourd appartenait à un membre de sa dynastie) et en réfère à l'empereur, qu'il considère toujours comme le souverain d'Europe. La nouvelle parvient aux oreilles de Philippe, qui déclare la guerre à l'empire et à la Haute-Lorraine. Une nouvelle fois, toute la noblesse de France se range derrière le roi : c'est une armée de 8000 hommes qui affronte l'armée impériale sous les murs de Nancy, dans ce que les chroniqueurs vantent comme étant "la plus grande bataille que ce siècle ait connu". Philippe est vainqueur, et contraint l'empereur à une nouvelle trêve en février 1096. Acculé, ce dernier cède, contraint et forcé, la souveraineté sur l'ensemble du duché de Haute-Lorraine, que Philippe concède à Thierry de Longwy, fils aîné du duc déchu, après hommage et allégeance.

A 44 ans, le roi est devenu, avec cette victoire éclatante, le plus puissant monarque d'Europ : l'Angleterre, enferrée dans les guerres de Guillaume le Conquérant avec ses propres parents, a compris que seule l'alliance inconditionnelle avec le royaume de France pourrait contribuer à sauvegarder son unité, tandis que le royaume impérial de Germanie, après ses défaites cuisantes et humiliantes, n'aspire qu'à la paix après avoir abandonné les prétentions de souveraineté impériale sur l'Europe. Au sud, les royaumes ibériques, déjà morcelés, sont aujourd'hui noyés sous l'invasion des peuples arabes pour certains, tandis que les autres guerroyent entre eux pour la suprématie sur les peuples chrétiens d'Europe. Les états Italiens, eux, connaissent une paix solide qui favorise le commerce et que rien ne doit donc troubler.

Pour la seconde fois de son règne, Philippe convoque les Pairs de France pour régler quelques litiges, peaufiner la doctrine du pouvoir royal et du droit divin, confirmer la position de sa dynastie sur le trône de France (ce que nul n'oserait contester, chacun se souvient des histoires de Baudouin de Flandres, Étienne-Henri de Champagne ou même de l'empereur Heinrich).

Pairie de France : Famille royale.
- Guy, comte de Saintonge, aîné et héritier du roi.
- Renaud, duc de Bretagne, second fils du roi.
- Hugues, duc de Luxembourg, frère du roi.
- Henri, duc de Bourgogne, cousin du roi.

Pairie de France : Hauts prélats.
- Albrecht von Nordgau, évêque de Reims.
- Arnoul de Courtenay, archevêque d'Arras en Artois.

Pairie de France, d'ancienne suzeraineté
- Guillaume d'Aquitaine, duc de Bordeaux et du Poitou, père de la reine Agnès, 72 ans, dont chacun attend avec impatience la mort.
- Guillaume de Toulouse, duc de Toulouse, lointain cousin du roi, 57 ans.
- Geoffroy de Gastinois, duc d'Anjou, 58 ans.

Pairie de France : d'érection royale
- Gilbert de Vassy, duc de Normandie
- Eustache de Boulogne, duc de Picardie
- Mathieu de Blois, duc d'Orléans

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grozna
Administration


Nombre de messages : 4522
Age : 27
Localisation : A ma droite.

MessageSujet: Re: Crusader Kings   Sam 3 Oct - 21:23

Septembre 1097 : à la mort de Renaud, comte de Nevers, son fils et héritier le duc Thomas de Provence refuse de prêter allégeance au duc de Bourgogne pour la comté de Nevers. Cette crise diplomatique débouche sur une nouvelle rupture de la trêve entre le royaume de France et le saint Empire en septembre 1099, après deux ans de négociations.

A l'ost du roi Philippe, seul le vieux duc Guillaume d'Aquitaine refuse de participer, las des conflits entre les royaumes de son gendre et de son neveu. De très nombreuses batailles éclatent partout dans l'est du royaume entre impériaux et français, rendant la guerre incertaine au point que les armées impériales s'emparent de Troyes. Mais Philippe prend finalement la décision de descendre vers le sud et s'empare d'Aix en Provence, aussitôt rallié par la noblesse provençale après l'abdication du duc Thomas. Le 19 mars 1100, c'est le comte de Savoie-Piémont qui rend les armes, par crainte des armées de Philippe, qui érige le comté de Dauphiné du comte Centule en duché à part entière.

Le duc de Basse-Lorraine, excédé par les trop nombreuses défaites de l'empereur, s'empare du palais impérial en Nassau le 15 mars 1101. Aucun prince de l'empire ne juge nécessaire de prendre parti pour l'empereur Heinrich et aucun ne reconnaît le duc Godfried de Basse-Lorraine comme empereur : l'empire éclate et se morcèle, chacun reprenant son indépendance. Philippe profite de ces troubles pour s'emparer des comtés de Forez et de Lyon, cédant le premier à un de ses bâtards et le dernier au duc du Dauphiné.

En février 1103, le vieux roi d'Angleterre, Guillaume de Normandie, descendant bâtard de Rollon surnommé "le conquérant" pour sa conquête de l'Angleterre, meurt. Son fils Robert lui succède, devant faire face aux révoltes périodiques de la noblesse anglaise. Le souverain pontife meurt à la même époque et son successeur est l'évêque d'Avranches, qui confirme Philippe comme Conseiller Pontifical.

Juin 1104, conquête de Gent dans les Flandres Germaines.
Novembre 1104, conquête du Roussillon.

Le roi émet en 1104 la théorie des frontières naturelles du royaume de France : le Rhin, les Alpes, les Pyrénées, l'Océan.

Le duc Guillaume d'Aquitaine meurt en 1105, à l'âge de 80 ans, suivi un an plus tard de sa fille, la reine Agnès d'Aquitaine. Guy de France devient duc du Poitou et de Bordeaux. Le roi se remarie avec Berta de Franconie, petite-fille d'Heinrich, l'empereur déchu.

1107, conquête de Liège et du Brabant.
1108, Philippe cède au duc de Milan la souveraineté sur le comté de Savoie-Piémont.
1110, conquête du Nordgau et du Sundgau.
1110, mort du pape. Le nouveau souverain pontife, l'allemand et ancien évêque de Cologne Theobald von Roma, prend le duc d'Apulie comme protecteur et Conseiller, au grand dam de Philippe qui hésite quelques temps à aller conquérir Rome, puis renonce.

En 1111, c'est le duc de Toulouse qui se révolte, sur les conseils de son vassal le comte de Foix. Il considère qu'avec le chute du royaume de Germanie, c'est le royaume de France est qui est honoré de la dignité impérial, et que les grands seigneurs du royaume devraient se conformer aux us électives de toutes dignités impériales. Il remet donc en cause la succession héréditaire et la légitimité par le sang du duc Guy de France, fils du roi. Dans le plus grand désordre, toutes les armées de France font route vers Toulouse pour en déloger le duc félon. Le duc du Dauphiné perd la bataille de Montpellier mais le connétable de Bretagne, le premier, parvient aux murs de Toulouse qu'il assiège, bientôt rejoint par toutes les armées de France. Toulouse est prise et le Rouergue ravagé : le duc abdique le 26 avril 1112. Philippe morcèle le duché en conservant certain des domaines du Toulousain, et en faisant du comte de Carcassonne et de Montpellier, Lorenzo Trencavel, le duc du Languedoc.

Surviennent plusieurs années de paix, troublées uniquement la mort de Renaud de Bretagne dont l'apanage revient à la Couronne de France, ce qui cause les révoltes de Nantes de 1116 et 1117 que Philippe réprime dans le sang. Le comte du Vermandois, rebelle face à l'autorité du duc d'Anjou son suzerain, s'enfuit, et le comté remis au jeune duc.

En Espagne, les maures prennent Jaca : le royaume d'Aragon-Navarre s'effondre. N'en subsiste plus que le comté de Navarre et le comté de Rioja, perpétuellement en guerre pour des successions de famille lointaines. En 1117, le royaume de France signe une alliance solide avec le duché de Milan, avec lequel Philippe avait déjà passé quelques accords, notamment en 1108 au sujet de la Savoie-Piémont. En 1122, le roi cède à Guy le duché de Toulouse, donne à un de ses fils bâtards, Enguerrand, le comté de Gau (Nordgau et Sundgau, au bord du Rhin), et renforce l'alliance avec le roi d'Angleterre.

Septembre 1123. Le royaume de France rentre en contre le duché de Souabe pour venir en aide au duché de Milan. Le vieux roi Philippe est à la tête de l'armée qui fait marche vers Besançon, lorsqu'il fait un malaise et meurt quelques minutes plus tard, à l'age de 71 ans.

Le roi est mort...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grozna
Administration


Nombre de messages : 4522
Age : 27
Localisation : A ma droite.

MessageSujet: Re: Crusader Kings   Dim 4 Oct - 12:05

Octobre 1123, Poitiers. Un message arrive dans la salle du trône ducal ou siège le duc Guy, qui, a 50 ans, se désespère de jamais régner un jour sur le royaume de son père. Le message s'avance et lui demande :

- Est-ce toi, Guy, duc de Poitiers et de Bordeaux ?
- Dux burdigalus pictaviusque sum.
- Dux non es, sed francorum rex es. Vive le roi !

Le roi s'empresse alors d'accourir de Poitiers avec ses soldats pour rejoindre l'armée à Besançon : le duc de Souabe est vaincu et le nouveau roi se fait sacrer à Reims le 24 décembre 1124 par l'évêque Edmar de Morava, avec l'assentiment général de la noblesse du royaume, qui reconnaît volontiers la légitimité de celui qui participe aux affaires du royaume depuis de nombreuses années déjà, et que l'âge déjà avancé, 50 ans, rend honorable. Le nouveau roi fait de son fils aîné et héritier de la couronne le duc de Bordeaux, et de son second fils le duc d'Armagnac. Le comte d'Auvergne est fait duc, ainsi que le comte de Bourbon. Ses frères Amédée et Raymond sont respectivement faits duc de Toulouse et de Brabant. La loi de la succession de primogéniture mâle par les mâles est aussitôt étendue à tous les apanages de la famille royale. Le roi marie sa fille Ute à Aymar de Flandres, héritier du duché de Flandres autrefois confisqué à Baudouin des Flandres pour forfaiture : Ute en devient la duchesse.

Guy annonce aussi qu'il revendique tous les domaines entre le royaume de France et le Rhin, ce qui entraine une crise diplomatique avec le duc de Basse-Lorraine, celui-là même qui avait trahi autrefois l'empereur.

1125, conquête de l'Aargau.
Hiver 1125-1126 : la disette s'abat sur le royaume, et Guy allège les taxes.
Avril 1127 : le roi retire au duc de Dauphiné sa suzeraineté, et la donne à son frère bâtard Thierry, comte de Forez, qui devient ainsi duc du Dauphiné. La noblesse conteste un peu le procédé mais la suprématie et la souveraineté du roi est manifeste.
Décembre 1127 : alliance avec Arthur, roi d'Angleterre.
1128 : cession de Besançon au duc de Bourgogne et du Roussillon au duc de Toulouse.

1129 : conquête du Zeeland et de Breda en Basse-Lorraine. Le roi de France est grièvement blessé durant la bataille de Loon, et gardera de graves séquelles jusqu'à sa mort.

30 juillet 1129, mort de la reine Antoinette de Blois.

Le roi se remarie avec Isabel, fille du roi Arthur d'Angleterre, en échange de la promesse de soutenir la dynastie de Normandie sur le trône d'Angleterre, sans cesse vacillant face aux innombrables révoltes des lords anglais. Le roi débarque le 18 novembre 1130 en Angleterre. Il libère les domaines et châteaux du roi Arthur, soumet le comte d'Oxford et le duc de Lancastre en 1131. En 1132, il vainc le duc de Sussex, et continue la guerre jusqu'en 1134, date à laquelle Henry, fils du roi Arthur, devient le meneur de la Fronde. Il quitte alors le sol d'Angleterre pour ne pas s'immiscer dans les conflits de sa belle-famille.

1135 : création des évêchés de Cornouailles et de Vannes.

Le roi est vieux, malade, et souffre de la blessure de Loon. Un jeune noble allemand, Albrecht Hohenstaufen, prend de l'influence a la cour de France par ses qualités et devient régisseur général du royaume : Léon, duc de Luxembourg et cousin du roi, se révolte contre l'influence de ce parvenu en janvier 1137. Rapidement vaincu, il s'enfuit pour son comté de Consenza en Italie.

Le vieux roi donne des terres à ses plus jeunes frères, en apanage. Michael devient duc de Provence, Gauthier duc de Bretagne, et Charles, le bâtard, duc du Luxembourg.

Printemps 1138 : conquête de Loon, Julich et d'Andernach.

Guy, roi de France, meurt à 65 ans. Son fils Alain, duc de Bordeaux, lui succède. Très largement contesté et aimé de personne, la noblesse est très perplexe sur lui. Le duc de Hainaut se révolte et est écrasé, ses domaines sont donnés à son fils Vazul, comte de Vermandois.

Cession du Zeeland et du Breda à la duchesse des Flandres.
Cession d'Andernach au Luxembourg.
Cession de Loon et Julich au Brabant.

Le roi se fait sacrer à Reims le 24 décembre 1138.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crusader Kings   Aujourd'hui à 9:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Crusader Kings
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crusader Kings 2-Multiples conseils
» Camelot - Time Of Kings n'attend plus que vous ! [RPG]
» Crusader Miniatures à moitié prix
» Mes premiers Anglo-Saxons
» Le Cycle d'Uthred (Romans de Bernard Cornwell)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AnaBoten :: Exlude-2 :: Au pays de l'Homme-Garage-
Sauter vers: